Tous les articles par pmneditions

Le suicide révolutionnaire – HUEY P. NEWTON

LE SUICIDE

RÉVOLUTIONNAIRE

– HUEY P. NEWTON-

 

-PRÉFACES PAR  AHMAD SAADAT ET AMZAT BOUKARI YABARA

Retraçant de façon éloquente la naissance et la formation d’un révolution­naire, l’autobiographie de Huey P. Newton est à la fois un manifeste captivant et le portrait intime de l’organisation du Black Panther Party. De son enfance pauvre dans les rues d’Oakland aux luttes contre l’apartheid amérikkkain, de son rôle ma­jeur dans les Black Panthers à son jugement et à son emprisonnement au comté d’Alameda, le Suicide Révolutionnaire est un témoignage puissant des luttes popu­laires et politiques pour l ‘auto-défense et la libération du peuple noir.

«Je ne pense pas que la vie changera pour le mieux sans une lutte contre le pouvoir en place qui perpétue l’exploitation des damnés de la terre. Cette croyance est au cœur du concept de suicide révolutionnaire. Alors, il préférable de m’opposer aux forces qui me conduiraient à me tuer moi-même plutôt que de les en­durer.»

 

«Le suicide révolutionnaire ne signifie pas que mes camarades et moi avons le souhait de mourir, cela signifie justement le contraire. Nous avons un si fort désir de vivre avec espoir et dignité que notre existence sans est impossible. Quand les forces réactionnaires nous écrasent, nous devons réagir contre ces forces, malgré le risque de mort.»

 

 

Vous pouvez pré-acheter dès à présent votre exemplaire :

livre broché

340 pages

18 euros plus 2 euros de frais de port




En librairie le 27 septembre 2018

LE SUICIDE RÉVOLUTIONNAIRE

  HUEY P. NEWTON

 

Assata, une autobiographie – Assata Shakur

« ASSATA, UNE AUTOBIOGRAPHIE »
– ASSATA SHAKUR-

Direction éditoriale: collectif Cases Rebelles

– PRÉFACE DE RAMATA DIENG –

– PRÉFACE DE PATRISSE KHAN- CULLORS –

 

Assata Shakur fut, dans les années 60 et 70, militante au sein du Black Panther Party et de l’Armée de Libération Noire. Elle a connu le formidable bouillonnement d’une époque de révoltes et d’espérances pour les noir.e.s aux États-Unis. Elle a aussi vécu les terribles assauts d’une répression d’État qui s’appliqua par tous les moyens possibles à briser cet élan.

L’autobiographie une exceptionnelle leçon d’histoire populaire et d’engagement dans laquelle Assata dresse un portrait sans fard de l’oppression raciale, de la violence capitaliste aux États-Unis et expose sans détour la barbarie infinie du système judiciaire et carcéral.

La force politique, la lucidité, l’humour, la poésie de l’œuvre en font une source d’inspiration inaltérable pour celles et ceux qui, à travers le monde, combattent pour la liberté, la dignité et la justice.

C’est aussi une formidable lettre d’amour au peuple noir ainsi qu’à tous les opprimés.

Extrait:

«Aujourd’hui, chaque fois que je suis dans la rue, je m’oblige à me rappeler que le peuple Noir est opprimé en amérikkka. C’est nécessaire que je le fasse. On s’habitue à tout. Moins on réfléchis à son oppression, plus on l’accepte. Au bout d’un moment, on arrive même à penser que l’oppression est dans l’ordre normal des choses. Mais pour être libre, il faut pleinement conscient du fait d’être un esclave.»

Sous la direction éditoriale du collectif CASES REBELLES

372 pages

17 euros

Vous pouvez acheter un exemplaire via notre site internet en cliquant sur le bouton ci-dessous:

17 euros plus 3 euros de frais de port




Brochure « Capitalisme + Came = Génocide (Michael Cetewayo Tabor) – 2ème édition »

Brochure « Capitalisme + Came = Génocide (Michael Cetewayo Tabor) – 2ème édition »

Traduit par les Éditions PMNet le Collectif Angles Morts pmneditions@gmail.com anglesmorts@gmail.com

Télécharger ici brochc+g2eEd

En 1969, l’ex-toxicomane et membre du Black Panther Party, Michael Cetewayo Tabor écrivait « Capitalisme + Came = Génocide », un texte devenu depuis lors incontournable sur les ravages de la drogue, en particulier de l’héroïne, dans les ghettos noirs de New York. Continuer la lecture de Brochure « Capitalisme + Came = Génocide (Michael Cetewayo Tabor) – 2ème édition »

CAPITALISME + CAME = GENOCIDE – MICHAEL CETEWAYO TABOR + À QUI PROFITE LA « GUERRE AU CRIME »? – MATHIEU RIGOUSTE

Dans cette brochure datant de 1969 intitulée « Capitalism plus dope equals génocide », Michael Cetewayo Tabor, membre du Black Panther Party, revient sur les méfaits de la drogue et sur son utilisation par les forces répressives dans les ghettos noirs-américains.

 

Introduction de Mathieu Rigouste: « À qui profite la « Guerre au Crime »? Gestion (para)étatique des marchés des drogues et contre-révolution sécuritaire. »

 

camefinalinternet3

 

Texte traduit et présenté par les Éditions Premiers Matins de Novembre et le Collectif Angles Morts.

pmneditions@gmail.com // anglesmorts@gmail.com

Illustration de couverture : Helios Figuerola Garcia //  h@horsigne.com

Publication à télecharger sous forme PDF: capitalisme+camebrochurecame2emeedition3=génocide

 

DISCOURS SUR LE SOUTIEN DU BLACK PANTHER PARTY AU PEUPLE PALESTINIEN – HUEY P. NEWTON

Le texte qui suit est issu d’une conférence de presse donnée par Huey Percy Newton, co-fondateur du Black Panther Party, à l’occasion de sa venue dans les locaux d’une radio locale à Berkeley, le 26 Août 1970. Cette conférence fut organisée dans le but de répondre aux allégations de présence d’une délégation du Black Panther Party conduite en Jordanie, ce que réfutaient Huey P. Newton et le Parti. Newton se saisit de l’occasion pour analyser la situation au Moyen-Orient, et distinguer antisémitisme et antisionisme. Il affirme ainsi les liens entre la lutte palestinienne et la lutte du peuple noir contre l’impérialisme aux États-Unis, et son soutien au peuple palestinien. Ce texte a été publié dans le recueil de textes de Huey P. Newton, To die for the people, paru en 1972. Continuer la lecture de DISCOURS SUR LE SOUTIEN DU BLACK PANTHER PARTY AU PEUPLE PALESTINIEN – HUEY P. NEWTON

LE FPLP SALUE LA LUTTE NOIRE AUX ÉTATS-UNIS: L’EMPIRE S’EFFONDRERA DE L’INTÉRIEUR

Fondé en 1967 sous la direction de Georges Habache et Ahmed Jibril, le Front Populaire de Libération de la Palestine est une organisation palestinienne révolutionnaire combattant le sionisme et le capitalisme.

Traduit par les Éditions Premiers Matins de Novembre pmneditions@gmail.com

 ob_1265b8_mike-mohammed

Continuer la lecture de LE FPLP SALUE LA LUTTE NOIRE AUX ÉTATS-UNIS: L’EMPIRE S’EFFONDRERA DE L’INTÉRIEUR

C’EST DU RACISME, IMBÉCILE ! Lorenzo Kom’boa Ervin

Lorenzo Kom’boa Ervin est un ancien membre du Black Panther Party (BPP). Dès 12 ans, il milite au sein de la NAACP (National Association for the Advancement of Colored People), puis devient activiste contre la guerre au Vietnam avant de rejoindre le BPP à la fin des années 1960. En 1969, il fait partie des Panthers qui détournent un avion pour Cuba afin de fuir une condamnation aux États-Unis, accusé du meurtre d’un dirigeant du Ku Klux Klan. Après un exil à Cuba et en Tchécoslovaquie, il est rattrapé par les autorités étatsuniennes et passera près de 15 ans en prison. Militant de l’autonomie noire, il a notamment écrit Anarchism and the Black Revolution.

Cette traduction est tirée de la version originale « It’s racism stupid! » écrit en 2000 et disponible sur libcom.org. Texte traduit et présenté par les Éditions Premiers Matins de Novembre. pmneditions@gmail.com

ob_0f0520_komboa-bmp Continuer la lecture de C’EST DU RACISME, IMBÉCILE ! Lorenzo Kom’boa Ervin

MESSAGE DU MOUVEMENT DE LIBÉRATION PALESTINIEN « EL FATH »

Le 21 juillet 1969 s’ouvrait à Alger le premier Festival Culturel Panafricain. Résultat de l’entraide révolutionnaire africaine et tricontinentale, ce festival réunit plus de 1400 personnes autour de la culture africaine, parmi eux les membres du conseil de la Révolution algérienne, et des représentant-e-s de gouvernements indépendants africains ou de mouvements de libération nationale tels que le MPLA (Mouvement populaire de libération de l’Angola), le Frelimo (Front de libération du Mozambique), l’ANC (le Congrès national Africain), le Black Panther Party nord-américain ou encore el Fatah palestinien, ainsi que des écrivains, cinéastes, artistes, musicien-ne-s invité-e-s. Vitrine de la toute jeune Organisation de l’Union Africaine, créée à Addis-Abeba le 25 mai 1963, le premier Festival Panafricain représentait avant tout l’élan de solidarité internationale, révolutionnaire poussant à la lutte décoloniale et anti-impérialiste par l’affirmation d’une culture africaine aux traditions populaires.

Dans ce message présenté pendant l’inauguration, le mouvement de libération palestinien El Fatah créé en 1959 par Yasser Arafat, Salah Khalaf et Khalil Al Wazir, explique à quel point la lutte du peuple palestinien est avant tout une lutte de décolonisation proche de celles des peuples africains ayant réussi à enrayer l’impérialisme des États européens, insistant sur la solidarité nécessaire des peuples du sud.

Texte présenté par les Éditions Premiers Matins de Novembre, tiré de « La culture africaine. Le symposium d’Alger», 21 juilllet-1er août, S.N.E.D, 1969.

 

arton281 Murs d’Alger, 1969

Continuer la lecture de MESSAGE DU MOUVEMENT DE LIBÉRATION PALESTINIEN « EL FATH »